accessible travel voyage accessible
Senior man with woman sitting in wheelchair oustide in green autumn nature, rear view
Reading time: 4 minute(s)

Saviez-vous qu’à l’échelle mondiale, un milliard de voyageurs ont des besoins en matière d’accessibilité et que beaucoup d’entre eux ont été ignorés jusqu’à présent ?

Amadeus a lancé une étude de recherche, “Voyage of discovery. Working towards inclusive and accessible travel for all”, pour identifier les lacunes dans le monde du voyage afin de réaliser des voyages accessibles pour tous.

Nous avons parlé à Pam Taylor de Flamingo Tours et Disabled Ventures (en Afrique du Sud) pour comprendre les défis et les opportunités concernant le voyage accessible en Afrique.

Avez-vous constaté une augmentation de la demande de voyages en Afrique de personnes à mobilité réduite ?

 Oui absolument ! La raison est que beaucoup de personnes à mobilité réduite ont pris conscience du fait qu’ils peuvent voyager malgré leur handicap. Les établissements touristiques sont également devenus plus conviviaux au cours des dernières années et l’offre est désormais plus large. Le secteur du tourisme a pris conscience du fait que beaucoup de personnes handicapées ont de l’argent pour voyager, mais que leurs besoins doivent également être pris en compte.

Quelles sont certains des plus grands mythes autour de l’Afrique en tant que destination de voyage accessible ?

Le mythe le plus répandu est que nous sommes extrêmement du tiers-monde et que nous n’avons pas les installations dont les clients ont besoin. La vérité est que de nombreux endroits hors des grandes villes n’ont toujours pas les équipements, mais une expérience merveilleuse attend ceux qui osent voyager et explorer.

Quels sont les défis que l’Afrique pose aux personnes handicapées ?

Tout dépend du handicap.

Pour les utilisateurs de fauteuil roulant, le principal défi est l’accès à l’hébergement. Chaque lieu est configuré différemment et chaque lieu ne convient pas à chaque personne.

Pour les sourds – le handicap invisible – le défi est que le langage des signes est différent partout dans le monde. Beaucoup de personnes sourdes ne peuvent pas signer et ont besoin que la personne soit consciente qu’elles lisent les lèvres. Cela nécessite une bonne interaction avec la personne.

Pour les malvoyants, pas tout le monde sait lire le braille. Cependant, il est important de faire attention aux petits détails qui rendent la vie plus facile pour la personne. Il est important de parler directement à la personne aveugle afin qu’elle sache où vous êtes. Faites-lui signe si vous vous éloignez.

D’après vous, quels sont les établissements qui offrent un service exceptionnel envers les personnes à mobilité réduite ?

De nos jours, il y a tellement d’établissements qui se sont donné la peine d’apporter des changements importants.

Le ‘Commodore hôtel Cape Town’ a fait un exercice de formation du personnel pour s’assurer qu’ils offrent un service professionnel à tout le monde sans que personne ne soit mal à l’aise.

Cango Wildlife Ranch Oudtshoorn a fait des changements pour s’assurer que les clients en fauteuil roulant obtiennent une excellente expérience.

Le téléphérique de Table Mountain fait de son mieux pour organiser un stationnement spécial afin que les clients puissent sortir du véhicule adapté facilement et en toute sécurité.

Tant d’autres endroits essaient d’améliorer leurs services et leur sensibilisation.

Qu’est-ce que les agents de voyages doivent garder à l’esprit lorsqu’ils réservent des voyages pour des personnes handicapées ?

Ne présumez rien mais écoutez attentivement et posez beaucoup de questions. Et rappelez-vous que l’approche « One Size Fits All » ne fonctionne pas car le handicap de chaque personne est différent et tels sont les intérêts de chacun.

Comment aimeriez-vous que les voyages accessibles évoluent à l’avenir en Afrique ?

Plus de formation est nécessaire à partir des classes primaires. L’intégration dans la société est un must. Les gens regardent toujours les gens en fauteuil roulant et les traitent comme s’ils étaient « stupides », donc l’éducation dès le plus jeune âge est nécessaire !

Cela dit, l’avenir est prometteur et la sensibilisation grandit. Des gens comme Christopher Reeve, qui tournait encore des films à partir de son fauteuil roulant, ont fait comprendre aux gens que le handicap n’est pas un obstacle et que les personnes handicapées ont beaucoup à offrir à la société.

Les entreprises aujourd’hui essaient de plus en plus de faire de ce continent une meilleure destination pour ceux qui ont des besoins spéciaux.

Shares